30 mars 2006

La Gaudriole

J'aime faire des découvertes quand je vais au restaurant. Hier soir, mon souper de fête m'a justement permis de découvrir quelques combinaisons gagnantes et idées de présentation... Nous avons mangé à La Gaudriole, sur la rue Laurier. Pat et moi nous consultons souvent avant de commander notre repas au restaurant, et généralement nous commandons deux plats différents et nous goûtons à celui de l'autre, pour encore plus de découvertes!

Voici notre menu d'hier. En entrée, Empereur (un fromage québécois: il vient de Noyan, sur le Richelieu) frit et pommes croquantes aux noix et à l'érable, avec garniture de pousses de pois mange-tout (que j'ai trouvé meilleures que les pois eux-mêmes, et si jolies avec une petite vrille au bout!) pour moi et ravioli maison farci de gibier, pesto de cèpes et Monterrey Jack avec garniture de romarin frais pour lui. Les deux entrées étaient délicieuses. Ça fait plusieurs fois que je vois des recettes de fromage chaud assaisonné (plus souvent cuit au four que frit), et c'est définitivement une bonne idée. Quant au ravioli (au singulier: il s'agissait d'un seul ravioli très large), la combinaison de gibier et de champignons pour des pâtes farcies est un délice. J'ai déjà mangé à l'Académie un plat principal de ce genre, délicieux mais très salé... celui de La Gaudriole était moins salé, juste à point.

Pour le plat principal, notre sympathique serveur, qui avait tout le temps de jaser puisqu'il n'y avait qu'une autre table occupée en ce mercredi soir, nous a proposé deux plats "en développement" en remplacement de certains choix rayés du menu pour cause de fin de saison. Pat a ainsi choisi du daim avec sauve aux tomates confites, au pesto et au vin rouge accompagné d'échalotes et de panais braisés sur une couronne de tortilla au maïs cuite au four. Bien que les légumesde ce plat étaient supposément "en cours d'expérimentation", c'était délicieux! La sauce au vin, tomates séchées et basilic était aussi délicieuse. J'aimerais bien que ce chef publie un livre de recettes! Malheureusement, il ne compte pas le faire avant sa retraite...

De mon côté, j'ai mangé du carré de porcelet avec sauce au sésame grillé, accompagné d'aubergine, de champignons portobello et de purée de pommes de terre. Je vais certainement essayer de reproduire la délicieuse sauce au sésame chez moi! Et il faudrait définitivement que j'apprenne à cuisiner les aubergines. J'en suis rarement satisfaite quand j'en prépare moi-même, mais au restaurant elles sont toujours délicieuses...

Les deux plats principaux étaient décorés de bouquets d'herbes fraîches: persil frisé, persil plat, thym, romarin. Les quatre tiges étaient attachées ensemble par ce qui ressemblait à une tige de ciboulette et le tout faisait un très bel effet. Une autre idée à retenir! Dans les restaurants, les plats ne sont pas que bons au goût, mais aussi beau à voir, ce qui augmente la bonne impression qu'on en retient...

Avec tout ça, nous avons bu un vin de la Loire, toujours à la suggestion de notre serveur. Nous connaissons peu les vins français, puisqu'à la SAQ, ils sont si chers. D'autre part, notre goût pour les vins corsés nous amène souvent à choisir des Australiens, chers aussi, mais nous savons d'avance qu'ils vont nous plaire... Mais cette fois nous avons bu un Mercurey, un vin rouge fait du cépage pinot noir. Domaine Michel Juillot 2003, pour être plus précise. Il était relativement doux (pour nous qui aimons les cabernets sauvignons australiens...) mais pas trop et allait très bien avec nos plats!

Enfin, le dessert. Ou plutôt, les desserts: nous avons choisi l'assiette d'assortiment, pour deux. Quelle bonne idée de goûter à tout! Parmi la poire pochée à l'espresso, la glace au lait de brebis, la polenta aux amandes, la mousse au chocolat, le gâteau sans farine au chocolat et le sorbet aux amandes, ce sont le sorbet à la mangue et "Le caprice de Patrice" que nous avons préférés. Ce dernier est un gâteau au chocolat avec crème au gingembre et gâteau aux carottes. Une combinaison gagnante, à laquelle je n'aurais pas pensé!

Nous avons accompagné les desserts solides de "desserts liquides": vin de muscat pour moi et porto pour Pat. Le muscat m'a fait penser au Sauternes. Je serais curieuse de savoir comment ils obtiennent ce goût avec le muscat. Y a-t-il de la pourriture noble en Italie aussi?

Ce fut un beau et délicieux souper de fête. Merci Pat!

6 commentaires:

Vincent a dit...

Hey Bonne fête en retard Lucie ! :)

Lucie a dit...

Merci Vincent! :)

Loulou a dit...

Je ne voudrais pas contredire ton serveur mais le Mercurey est un "Bourgogne"!!! Quel sacrilège, confondre un vin de la Loire avec un vin de Bourgogne...!!! Désolée, malgré le temps, il semble que certains réflexes subsistent...

Lucie a dit...

Loulou, c'est peut-être mon erreur. Le vin, ça affecte la mémoire... Merci de me corriger!!!

Marie-Chaton a dit...

Premierement Bonne fete en retard ! Deuxiement, je mets ce restaurant dans la liste de découverte pour Avril et si non Mai et j'y célébrerai ma fete des mères :)

Lucie a dit...

Merci Marie-Chaton! Tu vas aimer ce resto! :)

En passant, tes photos de ta fille sur ton blogue sont toujours aussi mignonnes...

PS: si ton commentaire ne s'affiche pas, c'est qu'il attend mon autorisation, pas besoin de recommencer ;) je prends mes courriels au moins 2x/jour alors il apparaîtra bientôt! :)