13 juin 2006

La fièvre du soccer

Le titre de ce billet ne fait pas référence à la coupe du monde, que je ne suis pas ou presque. J'en entends parler par mes collègues, mais sans plus; le "sport professionnel", qui consiste à regarder la télévision pour la majorité des gens, ne fait pas partie de mes intérêts. Par contre, s'il s'agit d'assister sur place à un match pour encourager des amis et collègues, comptez sur moi! C'est donc ce que j'ai fait lors du tournoi annuel de soccer de mon département.


L'équipe composée majoritairement de joueurs de mon laboratoire a remporté le tournoi! Et j'y suis même pour un peu, semble-t-il, grâce à un règlement accordant des points aux équipes ayant de bons supporters (règlement ayant pour but d'encourager le plus possible de gens du département à participer au tournoi, même si on ne souhaite pas jouer! Quelle bonne idée!). Nous étions sept ou huit à encourager l'équipe et il semble que nos slogans et applaudissements aient aidé au classement; évidemment, les 3 victoires de l'équipe sur 4 matchs y sont aussi pour beaucoup... Bravo!

"Mon" équipe a donc remporté le Fullerène d'or (le buckminsterfullerène est une molécule composée de 60 atomes de carbone et ayant la forme d'un ballon de soccer... la forme idéale pour un trophée de chimistes!).

Quand un joueur a affirmé qu'il faudrait un gâteau pour célébrer, vous devinez que je me suis portée volontaire pour le préparer. J'ai choisi d'adapter un dessert italien, le zucotto, dont la forme de dôme permet de le déguiser en ballon de soccer... Et ce fut un excellent choix en cette semaine surchargée, car malgré l'apparente complexité de cette recette, elle se fait très rapidement et facilement, en plus d'impressionner tous les convives, et même les passagers du métro, lorsque je le transportais, simplement recouvert de pellicule plastique...

Zuccotto


Gâteau:
2 gros oeufs
¾ t. de sucre granulé équitable
1 c. à thé de vanille
1 t. de farine tout usage, ou moitié-moitié avec de la farine de blé entier
3 c. à table de cacao équitable
1 c. à thé de poudre à pâte
¼ c. à thé de sel
1 c. à table de beurre
½ t. de lait chaud

Graisser deux moules ronds, un de 25 cm de diamètre (exemple: un grand moule à charnière) et l'autre de 22 cm de diamètre (exemple: un moule à gâteau à étages ou un petit moule à charnière). Alternativement, préparer des moules carrés où vous découperez des ronds de gâteau cuit, mais le gâteau sera alors moins épais.

Dans un bol, battre les oeufs jusqu'à ce qu'ils soient mousseux et légers. Y battre le sucre et la vanille.

Dans un autre bol, tamiser ensemble la farine, le cacao, la poudre à pâte et le sel.

Dans une petite casserole, sur la cuisinière, faire fondre le beurre dans le lait.

Brasser les ingrédients secs dans le mélange d'oeuf. Y ajouter le lait et battre jusqu'à ce que le mélange soit lisse. Verser dans les moules préparés et cuire environ 12 minutes au four préchauffé à 350F/175C. Laisser refroidir jusqu'à ce que les gâteaux aient presque atteint la température de la pièce, puis les démouler et les laisser refroidir complètement sur une grille. Les gâteaux étant très minces, le refroidissement est plutôt rapide.

Pendant ce temps, doubler de pellicule plastique un bol au fond le plus rond possible, d'une contenance d'environ 2 litres. La pellicule doit bien dépasser de tous les côtés (si elle n'est pas large, en utiliser plusieurs bandes).

Couper un trait dans le plus grand gâteau rond, du centre vers un bord. Enfoncer ensuite ce gâteau dans le bol doublé, de fâçon à former un dôme inversé avec le gâteau. Un des côtés de l'incision chevauchera l'autre; couper une pointe de façon à n'avoir qu'une seule épaisseur de gâteau.

Badijeon:
1 c. à table d'Amaretto
1 c. à table de Tia Maria

Mélanger ensemble l'Amaretto et la Tia Maria et en badigeonner les deux gâteaux.

Garniture:
1½ t. de fromage de yogourt (voir note)
2 c. à table de sucre équitable
2 t. de garniture pour tarte aux cerises
50 g de noisettes
100 g de chocolat aux amandes équitable, haché finement
50 g de chocolat noir équitable, haché finement

Mélanger tous les ingrédients de la garniture. Déposer dans le dôme inversé pour tout juste le remplir (il se peut qu'il y ait un peu trop de garniture; ne pas surcharger le dôme). Recouvrir avec le second gâteau. Refermer la pellicule sur le tout et réfrigérer quelques heures ou toute la nuit. Le gâteau doit être bien froid avant de le recouvrir de chocolat.

Décoration, version "ballon de soccer":
220 g de chocolat blanc (si vous en trouvez qui soit équitable, dîtes-le-moi!)
50 g de chocolat noir équitable

Faire fondre le chocolat blanc au four à micro-ondes (puissance 50%) ou au bain-marie, et retirer la source de chaleur lorsqu'environ les 2/3 du chocolat est fondu. Brasser ensuite jusqu'à ce que tout le chocolat soit fondu.

Déballer le zucotto froid de la pellicule plastique. Poser une assiette de service sur le bol (sur le fond du gâteau) et renverser le tout. Retirer le bol et la pellicule pour avoir le gâteau prêt à glacer sur l'assiette. Verser le chocolat blanc fondu dessus et l'étendre avec une spatule. Il refroidira et durcira rapidement; avant qu'il ne soit complètement durci, tracer un pentagone sur le dessus du gâteau et poursuivre le motif de ballon de soccer avec des hexagones et, s'il reste de la place, d'autres pentagones (il est préférable d'avoir un ballon ou une photo à proximité...).

Faire fondre le chocolat noir de la même façon que le blanc (attention! au four à micro-ondes, ça sera beaucoup moins long puisqu'il y en a moins). Ne faites pas comme moi: n'utilisez pas une spatule, mais plutôt une poche à pâtisserie ou un sac en plastique auquel vous couperez un coin. Avec cet accessoire, il sera plus facile de faire des belles lignes de chocolat noir pour souligner les détails du "ballon" et de remplir les pentagones.

Remettre au réfrigérateur et sortir 15 minutes avant le service. Le chocolat est un glaçage idéal pour le transport, puisqu'il ne colle pas à la pellicule plastique. Par contre, il se coupe mal; utiliser un couteau trempé dans l'eau chaude... ou détruisez votre chef-d'oeuvre; c'est triste, mais en bouche il sera aussi délicieux!

Note technique: Préparer le fromage de yogourt en laissant s'égoutter dans un filtre à café ou quelques épaisseurs d'essuie-tout, placées dans une passoire au-dessus d'un bol et au réfrigérateur, 3 t. (un pot de 750g) de yogourt nature, sans gélatine ni autre épaississant, pendant 8h ou toute la nuit. Pour les desserts, je préfère utiliser le yogourt Damafro, qui est moins sûr au goût que celui de Liberté. On peut aussi remplacer le fromage de yogourt de cette recette par de la crème fouettée.

Merci à mon collègue P. pour les photos!

6 commentaires:

AH a dit...

La fan de fromage de yogourt que je suis se réjouit de cette utilisation! Je n'avais jamais été vraiment attirée par le zucotto à la crème fouettée (aucune idée pourquoi), mais là, j'avoue que je suis très tentée... (En passant, c'est chouette, les photos!)

Vincent a dit...

Wow ça a l'air cochon ! Puis j'imagine la face des autres passagers dans le métro. :)

Dis du carbone 60, ce serait pas du diamant par hasard ?

Lucie a dit...

Vincent, il existe trois formes de carbone pur, dont le diamant et les fullerènes, la troisième étant le graphite. Les trois diffèrent par l'arrangement 3D des atomes. Wikipedia en français donne la structure du diamant: http://fr.wikipedia.org/wiki/Diamant , pour celle du graphite va voir en anglais: http://en.wikipedia.org/wiki/Graphite . Les fullerènes ont différentes formes, dont le C60 illustré par le trophée! Donc, non, le diamant n'est as du C60, c'est du C tout court (c'est un grnad de réseau à la grandeur du cristal et non des molécules distinctes), comme le graphite.

Lucie a dit...

woa j'ai tapé trop vite et sans me relire:

ce n'est pas "un grnad de réseau"

c'est "un grand réseau"!

Ninnie a dit...

Ça me fait tout drôle de voir des photos sur ton blog! Et la surprise continue à la vue de l'intérieur du ballon! Sublime... Malgré la simplicité et rapidité dont tu parles au début, les recettes du genre me font toujours un peu peur... Beaucoup d'étapes à ne pas manquer, mais avec tes explications si détaillées, difficile de passer à côté! Merci...

Vérouche a dit...

Vraiment très chouette cette recette!