10 octobre 2009

Cuisinière avant tout, organisée ensuite

J'aspire à un bon équilibre entre une cuisine (et une maison entière dans le fond) propre, fonctionnelle et organisée, le plaisir d'y passer du temps à cuisiner et le non-plaisir de passer du temps à nettoyer et ranger. Il m'arrive donc de fréquenter des sites voués à l'organisation domestique. Or, je ressens une énorme frustration à visiter ces sites. Ils semblent souvent tenus par et pour des gens qui n'aiment pas cuisiner ou n'aiment pas la nourriture. Je ne me sens pas du tout rejointe par des conseils comme "réduisez le nombre de vos épices au minimum", par la philosophie de toujours tendre vers un inventaire minimal voire nul et aussi vers une cuisine simpliste ("favorisez les recettes utilisant peu de vaisselle pour en avoir moins à laver": oui, mais pas tous les jours quand même!). La cuisine, c'est ma passion en plus d'être une nécessité quotidienne. J'aimerais donc des idées, astuces et conseils pour être organisée en tant que cuisinière qui cuisine beaucoup, pas en tant que personne hyperorganisée qui prépare quelques repas pour garder son monde en vie.

Ainsi, je revendique l'achat de certaines denrées en gros. Avec une machine à pain utilisée toutes les fins de semaine, la farine achetée à coup de 2.5 kg, ça passe trop vite! Les conserves de tomates, les pâtes et les légumineuses aussi sont pratiques en gros formats. Ce n'est pas le cas de tout; je trouve inutile d'acheter des légumes surgelés en format de plus d'un kilo, les sacs entamés se perdant par engelure assez rapidement. Mais je refuse des conseils suggérant de ne jamais rien acheter en gros et je veux des trucs pour bien organiser les gros formats. D'ailleurs, en voici un que j'ai découvert par moi-même. Quand j'achète ou je produis une grande quantité de conserves, comme une caisse de 12 boîtes de tomates, je les numérote de 1 à 12 et je les range en commençant par le numéro 1, qui se retrouve dans le fond de la tablette. Ainsi, si je fais mon inventaire, je n'ai qu'à regarder le chiffre de la boîte du devant pour savoir combien il en reste.

Je revendique aussi la possession d'équipement spécialisé en quantité raisonnable. Ma définition de quantité raisonnable est: ce dont on se sert vraiment. Même des articles servant seulement à une période de l'année (accessoires de mise en conserves dans mon cas; vaisselle de Noël pour d'autres) comptent si on s'en sert vraiment. La cuisine est une activité saisonnière; il est normal de passer plusieurs mois sans utiliser certains ustensiles... Par contre, les gadgets culinaires prolifèrent de nos jours et je suis d'accord pour limiter mes achats dans ce domaine. Il ne me servirait à tien de posséder vingt moules à gâteau de fantaisie... mes moules ronds, carrés et à cheminée me suffisent et avec un bon couteau et de l'imagination, on peut en tirer bien des formes (ce blogue en est un exemple fantastique).

En fait, toutes ces revendications s'appliquent aussi au reste de ma maison. "Il faut généralement seulement 2 débarbouillettes par personne": avec ça, je devrais faire minimum deux brassées par jour avec mon fils, or le volume de linge sale me permet d'en faire moins, puis-je profiter de cette pause de lessive s'il vous plaît? "2 essuie-mains par pièce où vous en utilisez": à moins qu'ils soient placés au-dessus d'un calorifère et sèchent donc très vite, ce qui n'est malheureusement pas le cas chez moi, quand on se lave les mains aussi souvent que nécessaire--ce qui est de nombreuses fois par jour quand on cuisine, donc cette revendication découle un peu aussi de la cuisinière en moi--les essuie-mains sont à changer souvent car ils deviennent trop mouillés! J'en utilise facilement 3 par pièce par jour, donc j'en veux 4-5 pour attendre le lavage du soir ou du lendemain...

Un autre aspect qui me dérange de bien des philosophies d'organisation est le concept de "dynamitage" à répétition. Un dynamitage de nos possessions est nécessaire au début d'un processus d'organisation dans bien des cas, mais une fois qu'il a été fait, je recherche plutôt une phiosophie d'amélioration continue, de "kaisen", plutôt que de laisser-aller suivi d'un autre dynamitage. Encore là, mon but est un équilibre au quotidien dans l'état d'ordre de la maison vs le temps qu'on passe à l'inventorier et à la mettre en ordre, pas que la maison ressemble à une catalogue Ikéa pendant deux jours après un dynamitage/réorganisation mais soit bordélique le reste de l'année... surtout qu'ici, l'écrémage de nos possessions a été fait à répétition ces dernières années (à l'occasion de notre emménagement ensemble, de l'arrivée de notre fils et de rénovations majeures).

Connaissez vous des sites et des blogues qui parlent d'organisation domestique sans recommander de minimiser à l'extrême notre nombre de recettes (et de ne faire que des recettes nécessitant un seul chaudron), d'ingrédients ou d'accessoires de cuisine, voire de maison? Ceci ne se veut pas une incitation à l collection d'articles de maison; je demeure pour la restriction des articles de maison, de façon à minimiser l'espace requis pour le rangement et le temps passé à les ranger. Seulement, le minimum requis dans ma famille est parfois bien supérieur à certaines "recommandations". J'aimerais me faire répondre autre chose que "diminue ton inventaire!" quand je cherche à organiser mon inventaire supérieur aux "normes", cet inventaire étant optimisé pour nos besoins réels...

En attendant de trouver de tels sites, je crée une étiquette "organisation" pour regrouper ici mes découvertes sur le sujet!

8 commentaires:

Renée-Claude a dit...

Je crois comme toi que ces sites s'adressent aux gens qui, comme la majorité des québécois, ne cuisinent pas, ou peu. Quand on ne cuisine que très rarement, il est effectivement superflu d'avoir plein de choses dans ses armoires qui ne servent jamais.

Ton truc de numéroter les cannages est excellent ! Je note ! :0)

Bonne idée d'en faire une catégorie !

Pour la farine et le sucre, j'achète de grands sacs et j'en mets une partie dans le garde-manger (qui est petit) et le reste est dans la "réserve", un endroit près de mon congélo avec des étagères ou je peux laisser tout ce qui est en surplus.

Dans le fond, l'organisation dépend de nos habitudes de vie !

Quant au fait de faire un dynamitage à répétition, moi non plus je n'en vois pas la pertinence. Car si on a élagué, (à moins d'avoir acheté entre temps plein de trucs inutiles !!!), pourquoi le refaire ? Peut-être aussi est-ce parce qu'au premier dynamitage, il y a des choses que nous n'étions pas prêts à laisser partir, et que par la suite, on l'est ???

Sais pas. Chose certaine, quand j'ai élagué, ça risque de prendre un bon moment avant que je ne le refasse ! :0)

Bonne idée cette section, on va pouvoir se partager des trucs ! :0)

Amélie a dit...

Très pertinent, ce billet! Je m'apprêtais justement à en rédiger un semblable sur mon blogue.

Pour le rangement, mon mari et moi avons trouvé quelques solutions récemment. En particulier pour le tiroir où nous gardons tous nos ustensiles de cuisine, qui était plein à craquer. On a commencé par se débarrasser du superflu (vraiment, c'était peu). Ensuite, on a fait un petit exercice de "relocalisation": on a donc mis des ustensiles (louche, spatule, cuillère à spaghetti...) sur des crochets installés dans la porte d'armoire sous le comptoir (logique, car on y garde nos poêles et casseroles, dont on se sert avec lesdits ustensiles); et on a mis des clous sur le mur au-dessus du comptoir pour accrocher certains petits ustensiles utilisés très fréquemment (couteau économe, cuillères à mesurer, zesteur, roulette à pizza...).

Sinon, côté "trucs de rangement" sans élaguage obligatoire, je pourrais passer des heures sur http://www.containerstore.com/shop/kitchen. À noter que la livraison au Canada peut être chère; par contre, certains de leur produits sont vendus dans des magasins au Québec (la collection Umbra est vendue chez Zone, par exemple). Ça donne des idées, et on prend conscience du fait que parfois, il suffit de quelque chose de beau pour contenir les traîneries pour que celles-ci paraissent bien (même si elles y sont encore).

On peut aussi se servir de choses qui sont ailleurs dans la maison pour s'aider. Par exemple, j'avais l'habitude de ranger mes planches à découper les unes par-dessus les autres, à l'horizontale. D'une part, ce n'est pas idéal côté entreposage (surtout si celles en bois sont encore un peu humides quand on les range, puisque que l'air ne circule pas) et, d'autre part, ce n'était nettement pas pratique de sortir celle du dessous pour s'en servir. J'ai fini par utiliser un dispositif de bureau, conçu pour séparer des piles de papier en plusieurs sections verticales. Maintenant, il sépare mes planches à découper.

La Bergère Brodeuse a dit...

Allo! J'ai vraiment apprécié ton message!! Je suis dans la même situation que toi. Un livre qui m'aide beaucoup est: "Martha Stewart Homemaking Handbook" (http://www.amazon.ca/Martha-Stewarts-Homekeeping-Handbook-Everything/dp/0517577003/ref=sr_1_3?ie=UTF8&s=books&qid=1255449271&sr=8-3) Vraiment, c'est ma "bible" pour maintenir la maison et l'extérieur. On peut penser ce qu'on veut de Mme Stewart (et je suis loin d'être d'accord avec tout ce qu'elle fait), mais pour l'organisation et la cuisine, elle ne donne pas sa place!!!!

Moi aussi j'achète en gros. Principalement pcq j'habite à la campagne et que le dépanneur est à 20 minutes en voiture et aussi pcq je déteste aller magasiner. J'essaie d'aller directement chez les producteurs quand c'est possible et j'achète à coup de 10-20 kg. Très pratique pour la farine et les grains (orge, avoine, sarrasin - en grain et en flocons). J'utilise de gros pots en verre (de style "relish" de restaurant ou d'olive) que je range soit dans la cuisine, soit dans la cave avec le cannage.

J'aime beaucoup ton système d'inventaire. Je vais le mettre à profit!! C'est une bonne indication pour savoir combien il reste de "stock" et quand il faut prévoir en racheter!!!!

Merci!

Catherine

Isabelle a dit...

Quel beau manifeste!!

J'achète rarement des aliments préparés à l'épicerie et dans plusieurs sites (américains, pour la plupart), on a recours à des conserves et des mélanges pour préparer des recettes.

Pour les moules spéciaux des gâteaux de fête, je les loue à ma cuisinerie. 2$ par jour, c'est une aubaine.

Je trouve aussi que certains appareils, dispendieux à l'achat, sont vraiment un investissement. Je pense ici à ma yaourtière, machine à pain, appareil pour mettre sous vide Foodsaver...

Marie a dit...

Je suis bien d'accord avec toi! L'idée de se débarrasser d'outils de cuisine sous prétexte qu'ils ne servent que quelques fois par année est aussi absurde que de dire qu'il faudrait se débarrasser de nos vêtements d'été parce que cette saison ne dure que deux mois par année au Québec!

Pour ma part, je suis très équipée en cuisine, et rien d'inutile dans mes armoires! Je fonctionne comme pour les vêtements: outils et instruments de cuisine sont rangés en fonction de la saison. En été, je garde sous la main ce qu'il faut pour les conserves, le barbecue, etc. En hiver, je garde ma mijoteuse, mon Romertoft et autres à portée de la main.

Par contre, je n'ai ni yaourtière ni machine à pain. Je fais mon yaourt selon la méthode de Vincent le canneux et mon pain à l'ancienne.

Pour ce qui est des denrées, j'achète aussi en gros quand c'est possible. J'achète parfois avec des amis et on se partage les denrées pour être moins encombrés. J'achète même mon fromage en bloc de un ou deux kilos. Je le râpe à l'avance, je l'emballe en sacs de 200 g et je sors un sac au besoin. C'est beaucoup plus économique et très pratique!

Amélie a dit...

J'oubliais: il y a un projet de réorganisation de la cuisine à The Kitchn. Voici la semaine 1: http://www.thekitchn.com/thekitchn/kitchen-cure-week-1-clean-out-the-fridge-and-pantry-the-fall-2009-kitchen-cure-098717
Je ne m'y suis pas jointe, mais ça ne m'empêche pas d'en suivre le progrès, au cas où je serais inspirée.

Mamanbooh a dit...

WoW!

Ça me fait beaucoup de bien ce billet et je retrouve des phrases de mon livre de chevet...

Ouf! Je ne suis pas seule à penser que 2 débarbouilles par personne, ce n'est pas assez.

Dans mon cas, un séance de dynamitage intensive s'imposait, mais quand j'aurai passé au travers, je ne recommencerai pas avant longtemps!

De plus, je vais même avoir de la place pour avoir enfin ma machine à pain.

Je dois aussi faire un effort pour avoir moins de réserves parce que je manque de place et je perds le décompte qui amène des pertes.

Merci pour ta réflexion, ça me fait du bien!

Caboche a dit...

Petite idée concernant la farine. Si tu en passes beaucoup (et ce doit être le cas, vu les pains), demande au gérant de ton épicerie préféré (j'ai remarqué que le IGA d'ici était très ouvert aux idées ou demandes) de te commander un 10 kilos ou même un 20 kilos de farine.

J'ai déjà fait ça avec la farine bio la Milanaise, un 20 kilos, vendu moins de 30$!!!!; je la conservais dans un gros bac en plastique hermétique.