04 février 2006

Tomates biologiques (titre officiel)

Sous-titre: Lançons-leur des tomates!

À part faire des conserves maison de tomates biologiques locales, ce que je compte faire l'été prochain, il n'existe que trois choix à ma connaissance en termes de tomates biologiques en conserves. Les produits Muir Glen, jusqu'à récemment les plus faciles à trouver, viennent de Californie et sont assez chers. Les produits Thomas' Utopia sont "faits au Canada", moins chers mais plus difficiles à trouver en magasin. Et depuis un ou deux mois, on trouve des tomates Le Choix du Président Biologique chez Maxi/Loblaws/Provigo et compagnie, qui sont faites au Canada selon l'étiquette. Or, j'ai appris dans l'excellent livre L'envers de l'assiette et quelques idées pour la remettre à l'endroit, de Laure Waridel, que ça ne signifie pas nécessairement que les tomates dans la boîte viennent du Canada. Je cite:
Pour qu'un produit porte la mention "Produit du Canada" ou "Fabriqué au Canada", il faut qu'au moins 51% du total des coûts directs de production ou de fabrication aient été dépensés au Canada. Cela comprend les ingrédients, les frais d'emballage et ceux de la main-d'oeuvre. L'origine exacte du produit n'a donc pas besoin d'être indiquée si la majorité des coûts a été défrayée au Canada et que c'est là que la dernière transformation substantielle a eu lieu. (p. 48)
Vendredi le 20 janvier 2005, j'ai téléphoné au numéro sans frais indiqué sur la boîte de conserve de tomates Le Choix du Président Biologique. Après de très brefs messages enregistrés m'invitant à choisir des options numérotées, une préposée nommée Kathy (peu importe comment ça s'écrit) m'a rapidement répondu en français de qualité. Je lui ai expliqué la situation et demandé d'où venaient les tomates en question. Elle a noté mes coordonnées et le code à barre du produit, puis m'a dit qu'elle s'informerait auprès du fabriquant et qu'elle me rappellerait ou laisserait un message sur mon répondeur.

Vendredi le 27 janvier, je n'avais toujours pas eu de réponse. J'ai donc rappelé. Le service fut aussi rapide et courtois que le première fois. Une préposée nommée Nathalie a consulté mon dossier et m'a dit que Kathy avait transmis la question à leur responsable de la qualité, mais n'avait toujours pas eu de réponse. Elle a rajouté une note au dossier pour dire que j'avais fait un appel de suivi et m'a dit que Kathy, qui était alors absente pour la journée, me rappellerait dès qu'elle aurait la réponse.

Hier, répétition presque intégrale du scénario du vendredi précédent. Là je n'en peux plus. J'attendais leur réponse avant d'écrire ici, mais il y a des limites à niaiser les gens! Que veut dire ce long délai?

Peut-être qu'ils se foutent de nous, les consommateurs qui achetons leurs produits, et que la ligne 1-888 leur sert surtout à se donner bonne image et à répondre aux questions simples ("dans quel magasin puis-je trouver ça?"). Pourtant, ils ont déjà répondu à une question pas si simple ( je leur avais téléphoné pour savoir de quel plastique était faite la barquette des biscuits écossais PC Bio, pour savoir si je pouvais la mettre au recyclage! Pour ça j'ai eu la réponse tout de suite, ils n'avaient même pas eu besoin de me rappeller!)

Peut-être qu'ils ne veulent pas le dire. En effet, ils n'auraient pas d'avantage à ce qu'on sache que leurs tomates faites au Canada viennent des États-Unis...

Peut-être qu'ils sont très mal organisés. Peut-être que la personne a qui la réponse a été transmis a bien d'autres choses plus importantes à faire (surtout si c'est la responsable qualité, comme on me l'a dit: connaissant ce genre d'emploi, j'aime mieux qu'elle s'occupe effectivement de la qualité des produits en priorité sur répondre aux questions des consommateurs!), mais bon, appelez le responsable de l'expédition (le gars du shipping en langage de shop), un manutentionnaire de l'usine ou quelqu'un aux achats, merde, y'a plein de monde dans la compagnie qui voient arriver ces tomates-là!

Peut-être aussi qu'ils ont de multiples fournisseurs de tomates, certains canadiens et d'autres américains, et qu'ils ne savent pas quoi répondre?

En tout cas, ils font dur. La consommatrice responsable et curieuse (c'est moi!) n'aime pas se faire niaiser! Donc ils méritent ce billet pas trop à leur honneur!

Ligne de service aux consommateurs Choix du Président et Sans Nom: 1-888-495-5111

Référence: WARIDEL, Laure. 2003. L'envers de l'assiette et quelques idées pour la remettre à l'endroit, Montréal, Écosociété, 173 p.

5 commentaires:

Martine la banlieusarde a dit...

Dommage qu'elles viennent d'aussi loin, mais depuis que j'ai goûté aux Muir Glen rôties sur le feu, ce sont les seules cannes qui entrent dans mes armoires... en attendant la douce saison, où les seules qui passent le pas de la porte viennent du potager, et sont tantôt noires, tantôt jaunes, tantôt vertes zébrées...

Mickaël PaysanBioFrançais a dit...

C'est une vrai action de consommateur respossable, bravo. Ces magasins sont soucieux de leur image de marque... Il faut continuer, voir même être plusieurs à poser cette question pour que ces supermarchés prène leur réponsabilitées.

Anonyme a dit...

coucou Lucie !

Petite info : les tomates Utopia , il y en a au club organic.. mais j'avoue que ca fait un peu loin pour toi ma pauvre...... faut vouloir en manger des tomates pour marcher ou pédaler jusqu'ici ;-)

Gros becs
Marie-Hélène

Lucie a dit...

Salut Marie-Hélène!

Merci de l'info. En effet ce n'est pas dans mon coin mais si je passe par là j'irai peut-être en acheter et te dire bonjour par la même occasion!

Lucie :-)

michael a dit...

Pour ma part, je les avais appelé au même numéro concernant les bleuets surgelés. Maxi vend des bleuets sauvages, produit du Canada, abordables et à deux pas de chez nous. La réponse fut très simple: ils m'ont donné le nom de leur fournisseur, soit Quebec Blueberries. Avec ce renseignement je peux poursuivre ma recherche, quant à quel type de compagnie c'est (respect des travailleurs, des forêts, etc.) et qui fait la cueillette (des mexicains ? on verra). J'ai quand même hate d'intégrer les conserves et congélations suffisamment pour me rendre jusqu'au printemps sans chercher ces produits, mais bon, c'est comme tes tomates, on les aime à l'année (habitude que les cans de mon enfance m'ont fait prendre tôt) !
à la prochaine !
Michael