07 mai 2006

Prophylactique du cancer, version générique, trafiquée et lâche

Je suis tombée vendredi sur Cyberpresse sur un article qui commence ainsi:
Betteraves, brisures de chocolat amer, vin rouge, anis et gingembre. Le croiriez-vous? Ces cinq éléments, bien dosés et bien brassés, donnent une soupe froide absolument exquise. Et en prime, les ingrédients qui la composent préviennent le cancer.
L'article annonçait la parution prochaine (à l'automne 2006) d'un livre de recettes pour accompagner le livre Les aliments anti-cancer, que je n'ai pas lu mais qui m'intéresse soudainement... (je vais certainement mettre ce duo livre théorique+livre de recettes sur ma liste au père Noël, si je ne les ai pas achetés avant...) Mes connaissances en nutrition me premettent de prévoir des recettes colorées, épicées et pleines de fruits et légumes: les pigments dans les aliments végétaux, dont les épices, sont souvent des molécules pleines de "bonnes propriétés pour nous", comme le fait d'être antioxydant. Et même sans avoir lu leur livre, je crois que ce n'est plus un secret que manger une variété et une abondance de fruits et de légumes est bon pour la santé... D'ailleurs, les deux recettes mentionnées dans l'article (la soupe décrite dans l'extrait ci-dessus et un filet de truite avec choux de Bruxelles et curcuma) vont dans ce sens! Le livre réussira-t-il à me faire manger des choux de Bruxelles? Je ne suis pas très difficile, mais il y a quand même quelques aliments qui ne m'intéressent pas tellement du point de vue gustatif, et c'en est un.

Cet article tombe à point: je me demandais justement comment j'allais apprêter les quelques betteraves qui me restaient de mes paniers d'hiver. Je me suis donc inspirée de la soupe prophylactique anticancer décrite dans l'article, mais je n'avais pas tous les ingrédients sous la main et je me sentais trop lâche pour aller les acheter. Puisque je n'avais pas les proportions "bien dosées" de toute façon, aussi bien concocter ma propre version. Tant pis si elle est moins efficace pour prévenir le cancer, elle était délicieuse! Chapeau au chef qui a pensé à marier betterave et chocolat!

Ma recette est lâche aussi parce que je n'ai pas de proportions précises à vous offrir. J'ai réalisé une fois mes betteravec en train de cuire que je ne les avais ni comptées ni pesées... Tant qu'à y être, ça ne valait plus vraiment la peine de mesurer les autres ingrédients!

Potage anticancer (ou à peu près)
Betteraves, épluchées et coupées en dés
Eau
1 carré de 28g de chocolat noir non-sucré
Porto (2 c. à table?)
Gingembre en poudre

Placer les betteraves dans une casserole et ajouter juste assez d'eau pour les couvrir. Amener à ébullition et faire mijoter jusqu'à ce que les betteraves soient cuites (30 minutes?). Laisser refroidir quelques minutes hors du feu. Ajouter le chocolat et attendre qu'il fonde. Bien brasser. Ajouter le porto et saupoudrer généreusement de gingembre; brasser encore. Réduire en purée et déguster! J'ai mangé ma soupe tiède, et non froide, mais j'essaierai en version froide avec les restes actuellement au frigo.

Pour vous donner une idée de la quantité de betteraves: j'ai obtenu environ un litre (4 tasses) de potage extra-épais, à la limite de la purée, comme je les aime.

Notes techniques lâches
J'ai donc omis l'anis. Je n'avais même rien qui puisse ressembler au goût d'anis, ni fenouil, ni Sambucca... J'ai aussi remplacé le vin rouge (je ne voulais pas en ouvrir une bouteille hier soir) par un reste de porto, que je n'ai pas mesuré mais il y en avait moins d'un verre à porto (le genre de reste qui fait se demander pourquoi on n'a pas fini la bouteille!). Je me doute que la vraie recette anti-cancer utilisait du gingembre frais (et je suis certaine que ça va être meilleur qu'avec l'épice en poudre), mais lâcheté oblige...

J'ai utilisé du chocolat non-sucré en me disant que le sucré des betteraves (et du soupçon de porto) serait bien assez, et j'avais raison. Par contre, ce chocolat n'est pas encore disponible en version équitable, ce qui m'attriste chaque fois que j'en utilise...

En conclusion, ce n'est plus la saison des betteraves donc je ne recommencerai probablement pas avant la sortie du livre, que j'ai bien hâte de voir!

Références:

Lemieux, Louise. "Un premier livre de recettes anticancer", Le Soleil (lu sur Cyberpresse section Actuel), vendredi 5 mai 2006.

Béliveau, Richard et Denis Gingras. Les Aliments contre le cancer. La prévention du cancer par l'alimentation, 2005, éd. du Trécarré.

3 commentaires:

Tarzile a dit...

Lucie

C'est le rêve, cette soupe!

Tarzile

Lucie a dit...

Tarzile: oui, et le meilleur genre de rêve: celui qu'on peut réaliser et manger! :-)

tarzile a dit...

Je viens de la faire. Comme quoi, quand on a une recette en tête...

J'ai aimé. Oui, oui!